Mon accouchement naturel en Australie

février 8, 2020

En Australie, accoucher naturellement (vaginal) est parfaitement normal … Je viens du Brésil, et la bas, la césarienne est l’option la plus courante – Au final, c’est normal car nous avons tous des meetings, les médecins ont des rendez-vous – c’est juste pratique.

Je ne me souviens pas d’avoir eu le choix ici en Australie. C’était plutôt: “vous aurez une naissance naturelle. C’est ce que nous faisons”

J’étais vraiment excitée !! Toutes mes amies ici en Australie ont eu des naissances naturelles, et puis les sages-femmes le font depuis toujours… alors j’étais prête !!

Étant résident permanent, il y a soit très peu de frais, soit l’assurance-maladie remboursait entre 50 et 70%.

Cependant, je vais vous dire quelque chose mesdames, la grossesse coûte cher! Surtout si vous êtes   sous un visa (tel qui soit), vous devrez payer le prix total.

Les prix ci-dessous sont basés sur l’année 2018 (année de ma grossesse et accouchement).

Les 5 principales choses à prévoir dans son budget, ici en Nouvelle-Galles du Sud (NSW).

1. Scanner – Votre médecin vous demandera très probablement un scanner par trimestre. Le coût total est de +/- 200 $ chacun;

2. Test sanguin – encore une fois un par trimestre. Le coût total est de +/- 100 $ chacun;

3. Rendez-vous chez votre médecin généraliste – votre docteur souhaitera vous voir une fois par mois tout au long de votre grossesse de 9 mois. Le coût total est de +/- 70 $ par visite;

4. Rendez-vous avec votre sage-femme – une fois par trimestre. Si vous n’avez pas d’assurance-maladie et que vous êtes tenu de payer, attendez-vous à ce que le coût total soit de +/- 400 $ par visite;

5. Accouchement – le jour que nous attendions toutes!- Si vous n’avez pas d’assurance-maladie, le coût total de votre d’accouchement sera d’environ +/- 8 000 $; Toujours  sans assurance-maladie, si vous souhaitez utiliser la péridurale – un supplément de +/- 500 $ vous sera demandé.

Une autre chose que j’ai apprise en étant enceinte ici, c’est que le pays n’oblige pas votre employeur à vous payer un congé maternité. Cela dépend de votre contrat de travail, en fonction le gouvernement australien sera tenu de vous verser un montant lié au congé maternité (avec une condition pour les étrangers: vous devez être résident australien depuis plus de 2 ans).

Tout cela étant dit, revenons sur les 9 mois de grossesse (qui ont étaient une veritable bénédiction, j’ai adoré chaque instant!). Attardons nous un moment où j’ai commencé à ressentir mes premières vraies contractions, à 37 semaines et 5 jours! Ils disent que les vraies contractions se ressentent comme une douleur ou une pression qui commence dans le dos et se déplace vers l’avant du bas de l’abdomen… Oh mon Dieu… et tout a commencé, à 3 heures du matin bien sur!

De 3h à 7h, j’ai été très patiente: j’ai pris une douche, j’ai parlé avec mon bébé, j’ai essayé de me calmer, j’ai rebondi sur mon ballon d’exercice, j’ai bu un thé chaud… puis j’ai pensé que ce serait une bonne idée de réveiller mon mari. A partir de ce moment, la veritable excitation a débuté! Ma mère, qui est venue du Brésil, restait en fait avec nous et lorsqu’elle s’est réveillée et m’a aperçu en train de transpirer sur mon ballon de yoga – elle a failli tomber et avoir une crise cardiaque! 

Nous avons pris le petit déjeuné, puis le déjeuné… oh mon Dieu, le temps ne pouvait pas aller plus lentement. Et la douleur, devenait de plus en plus intense! À 14 heures, alors que mon partenaire était au téléphone avec la sage-femme qui chronométrait mes contractions, on nous a finalement donné l’autorisation d’aller à l’hôpital. Ce voyage à la maternité a été tellement long, sachez que ce n’était que 20 kilometres – mais que les contractions étaient énormes !!

Mon père est parti de Dubaï, après avoir atterri à Brisbane, il est venu directement à l’hôpital de Tweed Heads afin de nous rencontrer. J’ai commencé a perdre mes eaux dès mon arrivée à l’hôpital, ce qui était super au final. Tout d’abord, j’ai regardé ma sage-femme et je lui ai dit: épidurale pour l’amour de Dieu s’il vous plait, les sages-femmes ont essayé de me convaincre du contraire. Mais j’en étais sûr et je ne pouvais plus attendre, merci beaucoup !!

Karma ou pas, dès que la péridurale a été effectué, la dilatation s’est arrêtée … ils m’ont dit que la péridurale pouvait potentiellement prolonger le processus de travail …

Il était maintenant 18 heures, mon père était épuisé de son long voyage, Matthieu mon mari mourait de faim, ma maman se recueillait sur la Bible et priait. La sage-femme venait nous avertir que l’accouchement ne se ferait pas de si tôt, alors… évidemment… Matthieu a regardé mon père et a dit: au coin de la rue, il y a une très bonne pizzeria. Et mon père de répondre: j’espère qu’ils ont aussi des bières. Et ils sont partis.

C’était super d’avoir un moment avec ma mère. Nous avons parlé de notre impatiente attente quand à l’arrivée de bébé. Elle était incrédule sur le fait que je fasse tout naturellement… Elle a alors décidé que j’avais besoin d’un peu de maquillage, pour accueillir notre bébé avec style. Alors je l’ai laissé me maquiller… c’était mignon!

A 21h, j’étais complètement dilatée et il était temps de commencer à pousser! Je n’avais rien mangé de l’après-midi, alors je pensais qu’une barre de céréales me donnerait juste l’énergie nécessaire dont j’avais besoin – sauf que j’ai vomi à ma toute première bouchée… 

À 23 heures, j’étais épuisée et je n’avais tout simplement plus la force de pousser plus longtemps. À ce moment-là, notre fils avait fait caca à l’intérieur de moi et ils ont dit que des complications pourraient survenir… Alors est venu le médecin avec un aspirateur, elle a utilisé pour aider à guider notre bébé hors du canal génital. Elle a dit qu’ils utilisaient généralement un bol qui était rattaché à la tête de notre bébé, le tout aspirant très doucement et que le nouveau né ne ressentirait rien.

Finalement, à 23h47 le 17 avril 2018, Luca Rodrigo Sadaillan était né. C’était une expérience vraiment incroyable, d’avoir pu partager cela avec ma mère, mon père, et mon mari. – 

Ce jour-là, je me suis couchée à 3 heures du matin, je pourrais dire que j’ai apprécié les 24 heures de ma journée – Quelle mission, mais une vraie, belle et tendre mission. A ne jamais oublier. C’était parfait !